round image on layout top

Thierry Henry, canonnier de coeur

13 février 2012 by tanguy divider image
thierryhenry2012

Site-de-joueurs.com revient aujourd’hui sur la carrière d’un des plus imposants palmarès du football hexagonal. Enfant des îles de l’Atlantique, Thierry Henry  s’est fait un nom sur celle d’outre-Manche. Attaquant le plus prolifique de l’équipe de France, Titi renaît actuellement à Arsenal, avant, peut-être, d’y revenir l’an prochain. Pour un hypothétique dernier tour de piste aux côtés de son éternel mentor, Arsène Wenger.

 Et si la scène internationale aura appris à aimer le buteur vêtit de bleu, c’est en rouge que Titi s’exprime le mieux. Après une enfance dans le sud de la banlieue parisienne, en Essonne, et des débuts dans le petit club des Ulis, le jeune homme gravit les échelons en junior, avec des passages à Palaiseau, Viry-Châtillon, Clairefontaine et Versailles, avant de rejoindre la ville princière de Monaco.

 En 1993, première tunique couleur sang pour le pacifique et déjà longiligne attaquant. Première rencontre, aussi, avec celui qui sera son père spirituel pour ce qui est du ballon rond. Sur conseil d’Arnold Catalano, à l’époque recruteur des rouges et blanc, Titi débarque sur le Rocher.

 Une année avec la réserve, et 45 buts plus loin, Arsène s’amourache du jeune homme. Première titularisation le 31 aout 94, premiers tours de pistes avec l’effectif pro, et même premiers buts, lors d’une victoire retentissante face à Lens, en avril 95. Cette première saison, il score 3 fois en 8 rencontres.

 En 95-96, découverte de la coupe d’Europe. De plus en plus fréquent sur le pré, Titi s’impose peu à peu, dans la compo et le cœur de Wenger. 1997 va le révéler. Il devient titulaire, et termine la saison avec des statistiques convaincantes (9 buts, 8 passes décisives), participant activement au sacre monégasque sur la scène nationale. Espoir de l’année, Henry est sollicité mais reste à l’ASM, malgré un précontrat –illégal- paraphé avec le Real Madrid.

 Titi est aussi un habitué des équipes de France junior depuis l’époque de ses 15 ans. En 96, il marque lors de la finale du championnat d’Europe des moins de 19 ans le but de la victoire, et connaît sa première sélection contre l’Afrique du Sud, le 11 octobre 97.

 L’ASM connaît une de ses meilleures saisons, et Henry marque 7 fois en C1. L’entente avec Trézéguet fait mouche, et permet aux deux hommes de participer à la campagne victorieuse de la bande à Jacquet, en 98. La page Monaco tournée en janvier 99, Titi rejoint la Juventus, mais n’y reste que six mois, pas vraiment à son aise sur une aile gauche qu’il aspire à quitter. L’aubaine Arsenal se présente alors, et des retrouvailles écrites avec le cher Arsène.

 Thierry devient TH14 à Londres. Et s’il avoue que les premiers mois furent durs, la suite de son parcours, sa love story avec les fans britannique rappellent une unanimité presque « cantonesque ».  Sauf que le martinico-guadeloupéen a décidé que sa carrière en bleu aussi, serait une réussite. Il est le fer de lance de la ligne offensive de Roger Lemerre, lors de la conquète de l’Euro 2000. Personne ne conteste alors l’un des meilleurs attaquant du globe, qui peine pourtant à débloquer son palmarès en club.

 Heureusement, 2001-2002 arrive. Les Gunners gagnent le championnat, la coupe et Titi finit meilleur buteur de Premier League. Malgré la désillusion asiatique de 2002, la saison qui suit est pleine d’un point de vue personnel (joueur français de l’année, 2e joueur FIFA de l’année) et Arsenal remporte la coupe d’Angleterre. Puis, 2004 marque la consécration de la philosophie Wenger. Le club empoche le championnat, sans perdre un seul match.  Henry est de nouveau meilleur buteur d’Angleterre,  et seul Pavel Nedved est en mesure de lui chiper le ballon d’or. Dommage que le parcours des bleus de Santini à l’Euro 2004 se solde par une élimination en quarts face à la Grèce.

 Entre souliers d’or, déménagement à l’Emirates et une dernière saison pourrie par les blessures, Henry prend le temps de devenir le meilleur buteur de l’histoire du club (devant Ian Wright) et de hisser, avec les reliquats de la génération 98, l’équipe de France en finale du mondial allemand de 2006, avant de rejoindre la Catalogne, en juin 2007. 

 De nouveau déporté à gauche, Titi a les pires peines du monde à s’adapter au jeu barcelonais, mais est paradoxalement la meilleure gachette du club en 2007-2008. Le club aussi n’est pas au mieux, et après une saison blanche, Rijkaard est remplacé par le tout neuf Pep’ Guardiola. Après un Euro catastrophique, l’attaquant français forme, avec Eto’o et Messi un trio ultra-prolifique en 08-09, avec plus de 100 buts à eux trois.  Le triplé est au bout du chemin pour le Barça, et Henry peut souffler, enfin triomphant sur la scène européenne.

 Peu à peu remplacé par Pedro, il finit par quitter l’Espagne pour New-York en 2010, avant de revenir cet hiver du côté d’Arsenal. Une efficacité retrouvée (3 buts en 5 matches, une réalisation toutes les 39 minutes), avant, pourquoi pas, de faire quelques heures supp’ dans le nord londonien, dès la fin de saison…

 




Dino Zoff, le roc...

source listal.com

112 sélections , 570 matchs en série A, 5 titres de champion d’italie ,...

read more

Messi reçu trois sur...

lionel-messi-a-ete-sacre-ballon-d-or-2012-photo-afp-franck_621592_460x306

Au terme d’une cérémonie finalement plus marquée par l’absence...

read more

Un Quadruplé historique...

bafetimbi_gomis

Muet depuis près de deux mois, Bafetimbi Gomis a choisi la rencontre...

read more


bottom round image

footer blue big nice

footertop right
Copyright © 2011 Gestion Du Net | Tous droits réservés.