round image on layout top

Mister George, le talent à la hauteur du coeur

18 novembre 2011 by tanguy divider image
79F8DA74215989B44647BB44D3177

George Manneh Oppong Weah, ou Mister George pour les intimes, c’est une gueule, un charisme, mais aussi un joueur à l’explosion fulgurante et à la carrière remarquable. retour sur la carrière d’un joueur rare, pétri de talent et de valeurs, qui aura crevé l’écran du football européen des années 90.

 Le petit George Naît le 1er octobre 1966, à Monrovia, Libéria. Tout jeune, il tombe amoureux du ballon rond, et consacre la plupart de son temps à son futur job. Il sillonne les clubs de son pays durant quelques années (Young Survivors, Bongrange Company, Mighty Barolle, Invincible Eleven) avant de signer au Tonnerre de Yaoundé, à lépoque le meilleur club camerounais et l’un des fer de lance sur la scène africaine. Une seule année. C’est ensuite ce qu’il lui faut pour se rendre indispensable, se faire repérer par Claude Leroy – le sorcier blanc est à l’époque sélectionneur du Cameroun – ainsi que par des émissaires de l’AS Monaco. Débute alors sa carrière pro dans le vieux continent. Son premier match chez les champions de France en titre, il le joue le 17 aout 88. La rencontre se solde par une défaite face à Auxerre, mais George se démarque déjà. Avec Arsène Wenger aux manettes, l’ASM gagnera une coupe de France (en 91, face à l’OM) durant les quatre années de présence du King libérien. Le club princier atteindra également la finale de la Coupe des Coupes (C2, disparue depuis) l’année suivante, mais voit le Graal lui échapper, la faute aux allemand du Werder Brême. Dépité, l’homme aux 47 buts en 103 rencontre en Rouge et Blanc s’en va voir si l’herbe n’est pas plus vert – et les tribunes plus garnies – au Parc des Princes.

Débarqué dans la capitale avec une réputation de sérial-buteur, alliant des qualités de vitesse, de dribble et de percussion hors du commun, Weah ne tarde pas à se montrer indispensable. Il devient, dès sa première saison, meilleur scoreur du club. Parallèlement, le PSG va en demi-finale de la C3, élimine le grand Real en quart avec en prime un but de George et le dernier signé « casque d’or » Kombouaré, mais se fait sortir par la Juve. Rebelote la saison suivante. Cette fois en C2, Paris est sorti par Arsenal aux portes de la finale. Mais les protégés d’Artur Jorge gagnent le championnat, histoire de se consoler.

En 94-95, les rennes du club sont reprises par Luis Fernandez. Avec l’ex-international tricolore, Paris va gagner tous ses matches en phase de poule, Mister George marque face au Bayern, au Spartak Moscou. Le Barça succombe en quarts, mais les franciliens tombent – pour la troisième année consécutive – face au Milan AC en demie. Prévisible, si on s’en réfère au dicton…

La période Parisienne de Weah est une flamboyante réussite : 55 buts en 138 matches, et un statut de star de la planète football à la clé. Ses 8 buts en Champion’s League lui valent une offre du Milan AC, qu’il accepte. Dommage, à un an de la victoire du PSG en coupe des coupes.

À Milan, Mister George reçoit un Ballon d’Or. D’entrée. Et le premier attribué à un joueur africain (et actuellement, toujours le seul, d’ailleurs). Tout un symbole. Ses quatre saison milanaises sont faites de deux scudetti (96 et 99), de 57 pions en 137 matches, et un but mythique, pour lequel aucune description ne serait assez hyperbolique.

 Mais la légende africaine a alors 33 piges. Il traverse alors les Alpes et la Manche pour atterir à Chelsea.  Il marque 5 buts en 15 rencontres, gagne la FA Cup, mais ne s’impose pas. Il décide alors d’aider son pays à glaner une qualification pour la coupe du Monde. Objectif maqué à un point près, malgré un énorme investissement humain, sportif et financier du samaritain. La fin de carrière est anecdotique, un passage à Manchester City, à Marseille, puis à Al Jazira, avant de raccrocher et de se lancer en politique. Par générosité, comme du temps où il ramenait les plateaux repas des déplacements du PSG aux SDF, seul, dans la rue. Là est la magie de l’homme. Un talent à la hauteur de sa grandeur d’âme. 



Dino Zoff, le roc...

source listal.com

112 sélections , 570 matchs en série A, 5 titres de champion d’italie ,...

read more

Messi reçu trois sur...

lionel-messi-a-ete-sacre-ballon-d-or-2012-photo-afp-franck_621592_460x306

Au terme d’une cérémonie finalement plus marquée par l’absence...

read more

Un Quadruplé historique...

bafetimbi_gomis

Muet depuis près de deux mois, Bafetimbi Gomis a choisi la rencontre...

read more


bottom round image

footer blue big nice

footertop right
Copyright © 2011 Gestion Du Net | Tous droits réservés.