round image on layout top

Matthäus, la qualité allemande

23 mars 2012 by tanguy divider image
lothar matthaus

Site-de-joueurs.com revient sur la carrière de l’un des plus grands noms du football allemand. Joueur de devoir, polyvalent et à l’allure froide, Lothar Matthäus fut le symbole de la NationalMannschaft dominatrice et efficace des années 80. Avec un diplôme de décorateur d’intérieur en poche. Des artistes, ces germains.

 Né à l’aube des années 60, à Erlangen, dans le nord de la Bavière, Matthäus débute sa carrière professionnelle à 18 ans, au Borussia Mönchengladbach. Il fait sa première apparition sous les couleurs de la Mannschaft à peine quelques mois plus tard, à l’été 1980. Sélectionné par Jupp Derwal, il joue ses premières minutes face à la Hollande, au poste de latéral gauche. 17 petites minutes, mais déjà un titre au bout, puisque l’Allemagne gagne l’Euro italien en se défaisant de la Belgique des Pfaff, Gerets et autres Ceulemans en finale (2-1).

 En 1982, Lothar n’est toujours pas titulaire et ne joue que deux matches, dans une compétition où son pays atteint la finale, mais subit la polémique du match nul contre l’Autriche, privant l’Algérie de second tour. Côté club, il reste cinq ans au Borussia, présentant un bilan de 162 matches joués pour 36 buts, mais un palmarès toujours vierge.

 Dans une logique de progression, il signe à l’été 84 au Bayern de Munich, où il rejoint les Rummenigge et autres Breitner. Après un relatif déclin sur la fin des années 70, le FC Breitnigge (surnom mis en place par les journalistes allemand pour mettre en évidence le poids des deux stars sur le collectif) retrouve ses lettres de noblesse. Ce premier passage au club sera riche en victoires, pour Lothar, qui passe vite du statut de jeune prometteur à celui de leader technique. Il remporte trois championnats de rang (de 85 à 87) et une coupe d’Allemagne (86). Un an avant son départ, Munich échoue en finale de la Ligue des Champions, face au FC Porto et au fantasque Rabah Madjer, qui réalise ce soir-là le geste d’une vie.

 En 1986, il est cette fois titulaire indiscutable dans le onze allemand qui se hisse en finale du mondial, mais dont la rigueur ne peut résister à l’ouragan Maradona. Parti goûter le soleil transalpin à Milan (de 88 à 92), il remporte deux Scudetti (89, 91) et une coupe de l’UEFA, en 1991, marquant au passage de nombreux buts (16 en 31 matches cette saison).  Les conseils de Giovanni Trapattoni ont donc porté leurs fruits, et Mathhäus devient le fer de lance de la sélection allemande, dont il porte le brassard depuis 87.

 Se joue en 90 le deuxième épisode de son match dans le match avec Maradona. Cette fois, c’est bien le milieu défensif reconverti en libéro qui prend le dessus, et voit son pays empocher la coupe du monde 90, aux dépends de l’Albiceleste.

 De retour à Munich en 1992 avec un ballon d’or (1990) et un titre de joueur FIFA de l’année (1991) en poche, il remporte quatre nouveaux championnats et deux coupes nationales avec les rouges, ainsi qu’une coupe de l’UEFA (1996). La routine, si l’on fait l’impasse sur lé déchirure de 99, et la défaite catastrophe en finale de C1 face à Manchester.

 En noir et blanc, il joue encore les coupes du monde 94 et 98, histoire de devenir le joueur le plus capé de la compétition reine (cinq phases finales et 25 matches disputés). En 2000, beaucoup critiquent sa sélection, mais il est finalement l’allemand le moins décevant d’une campagne bâclée, et achevée trop tôt (élimination au premier tour). Seul joueur livrant une once de sacrifice physique sur le terrain à presque 40 piges, il dispute son 150e et dernier match en sélection contre le Portugal, pour une défaite 3-0.

 Comme en sélection, son influence au Bayern est en phase descendante. Après la débâcle de l’Euro, il quitte son club et imite son illustre prédécesseur, Beckenbauer, en allant signer aux Etats-Unis. Il reste un an aux New-York MetroStars avant d’entamer une carrière d’entraîneur qui l’aura déjà vu visiter l’Autriche, la Serbie, la Hongrie, le Brésil et Israël. 

 



Dino Zoff, le roc...

source listal.com

112 sélections , 570 matchs en série A, 5 titres de champion d’italie ,...

read more

Messi reçu trois sur...

lionel-messi-a-ete-sacre-ballon-d-or-2012-photo-afp-franck_621592_460x306

Au terme d’une cérémonie finalement plus marquée par l’absence...

read more

Un Quadruplé historique...

bafetimbi_gomis

Muet depuis près de deux mois, Bafetimbi Gomis a choisi la rencontre...

read more


bottom round image

footer blue big nice

footertop right
Copyright © 2011 Gestion Du Net | Tous droits réservés.