round image on layout top

Le Roi Pelé : la légende

8 novembre 2011 by admin divider image
pele_58

Edson Arantes do Nascimento dit Pelé, né le 23 octobre 1940 à Três Corações (Brésil), est considéré comme le plus grand joueur de tous les temps. Le seul footballeur à avoir été champion du monde à trois reprises ( 1958, 1962 et 1970) avec la sélection brésilienne. Pelé a connu deux clubs professionnels dans sa carrière.

Le FC Santos avec qui il a remporté la Copa Libertadores en 1962 et 1963 et la Coupe Intercontinentale (1962 et 1963 ) et à onze reprises le championnat de São Paulo dans les années 1950 et 1960 et New York Cosmos avec qui il a remporté le championnat des Etats Unis en 1977.

À son arrivée à Santos, à 16 ans, Edson joue avec les jeunes, mais s’entraîne déjà avec les pros. Il joue son premier match le 7 septembre 56 face au Corinthians. À l’arrivée, il marque son déjà son premier but. Une blessure lui permettra d’intégrer le 11 titulaire dès le début 1957. Il connaît également sa première sélection cette année, lors d’un match contre l’Argentine au Maracana. La saison suivante, il marque 17 buts et fait partie de la sélection auriverde qui s’envole en Suède pour jouer la Coupe du Monde. Il ne joue pas le d »but de compétition, blessé, mais, titulaire à partie des quarts, marque à chaque match (1 but contre Galles, 3 contre la France, 2 contre la Suède) et termine avec un total de 6 buts en 3 rencontres disputées. Devancé par Just Fontaine au classement des buteurs, il devient le plus jeune gagnant du trophée mondial. Pour ce premier titre, les joueurs seront accueillis au pays comme de vrais héros nationaux.

Les années qui suivent, Pelé devient un véritable joyau, les équipes européennes sont prêts à payer pour voir le phénomène évoluer dans le vieux continent, avec son équipe de Santos. Il remporte le championnat Paulista de 59 à 61, le championnat du Brésil en 59.
Devenu indiscutable en sélection, c’est logiquement qu’il participe, à 21 ans, à sa deuxième Coupe du Monde. 1 seul but dans cette compétition, pour un Pelé qui se blesse dès la deuxième rencontre, ne pouvant sortir puisque les remplacements ne sont alors pas autorisés. Malgré cela, le Brésil décroche son deuxième titre, en battant la Tchécoslovaquie, 3 à 1.
Pelé revient à Santos et y gagne la saison suivant la Copa Libertadores face à Penarol, math au cours duquel le Roi inscrit un doublé. Du coup, les brésiliens affrontent le Benfica Lisbonne en coupe Intercontinentale. Et Pelé passe 5 pions en deux matches aux portugais, pour des victoires 3-2 et 5-2.
En 63-64, Santos parvient une nouvelle fois en finale de la copa libertadores, cette fois-ci contre Boca Juniors, et remporte pour la deuxième fois le titre après une victoire au Maracana à l’aller 3-2, puis une autre au retour à la Bombonera 2-1 dont le but victorieux inscrit par Pelé à la 82e minute.
La coupe Intercontinentale, disputée face au Milan AC, est remportée au terme du 3ème match (car les prolongations n’existaient pas sur) 1 à 0. Santos marche sur le monde, et Pelé est une véritable icône. Du coup, son club profite énormément de son talent et de son image. Il joue pas moins de 116 matches pour la seule année 1960.

Pele 20 meilleurs buts par santos_13
La coupe du Monde en Angleterre est donc abordée comme une formalité par la sélection auriverde. Agressé par Zehchev contre la Bulgarie, Pelé marque et le Brésil gagne. Il ne joue pas contre la Hongrie, et le Brésil perd. De retour pour un match décisif face au Portugal, il est blessé par des fautes à répétition de Morais, et le Brésil est éliminé à la surprise générale.

La déception est grande, surtout que le Roi ne se considère que très peu aidé par l’arbitrage. Mais la légende repart de l’avant, et remporte le championnat Paulista en 67, le doublé coupe du Brésil-Championnat régional. À l’automne 69, les caméras du monde entier piaffent d’impatience de voir le 1000ème but de la carrière de l’attaquant. La pression qui pèse alors sur ses épaules lui fait connaître une baisse de régime. C’est finalement le 19 novembre, au Maracana, sur un penalty qu’il inscrit face au Vasco de Gama son millième but. Il effectue alors un tour d’honneur, le match est interrompu vingt minutes avant de reprendre, dans une ambiance délirante. Entre-temps, Pelé a arrêté la sélection depuis la déception de 66, et est revenu en 68 pour préparer sa coupe du Monde 70. Au Mexique, la sélection brésilienne se pose comme l’un des favoris du tournoi. Comme d’habitude. Pour le premier match ou les téléspectateurs peuvent admirer le jaune poussin de la tunique auriverde (cette coupe du Monde est la première retransmise en couleurs), les brésiliens s’imposent 4 à 1, avec un but du Roi, face à la Tchécoslovaquie. Derrière, une victoire face à l’Angleterre, et un Gordon Banks déchaîné, 1 à 0, puis une victoire 3 à 2 face à la Roumanie avec un doublé pour Edson. La phase éliminatoire n’est guère plus compliquée, une victoire en quart face au Pérou (4 à 2), une victoire au forceps 3 à 1 face à l’Uruguay en demie, puis une finale monumentale face à l’Italie, avec un but de Pelé et un succès 4-1. La règle étant la règle, le trophée Jules Rimet, remporté 3 fois par les auriverde, restera éternellement au Brésil, cédant sa place à la coupe sous sa forme moderne. Après cette rencontre, Tarcisio Burgnich, en charge du marquage de la superstar, lâche cette phrase devenue célèbre: »Avant le match, je me disais : il est en chair et en os, comme moi. J’ai ensuite compris que je m’étais trompé ».

Un an après ce titre, Pelé prend sa retraite internationale lors d’un match entre la Seleçao et la Yougoslavie au Maracana le 18 juillet 1971, sous l’ovation du public qui demande à son idole de rester, en vain.
Il poursuit cependant avec Santos, remporte un nouveau championnat Paulista, et est même forcé de décliner la sélection avant la coupde du Monde 74.
Fin 1974, à 34 ans, il décide alors de prendre sa retraite définitive contre Ponte Preta après dix-huit années passées au Santos FC, mais quelques mois après ce retrait du monde du football, Pelé s’aperçoit que ses affaires en dehors du football ne se portent pas bien et que des dettes se sont accumulées, ainsi après avoir reconsidéré les offres des clubs européens où le rythme des matchs est aussi élevé qu’en Amérique du Sud, il décide de signer pour les New York Cosmos et la championnat nord-américain : la NASL.
Pelé signe son nouveau contrat le 11 juin 1975 et s’installe à New York, il participe alors à l’essor du football aux États-Unis dans un pays où ce sport reste confidentiel. Lors de sa première saison, il ne permet pas à son club de se qualifier pour les séries éliminatoires (play-offs) mais il s’agit sur le plan économique d’un véritable succès avec des stades remplis et où de nombreuses personnalités assistaient au match de « soccer ». L’année suivante, en 1976, Cosmos recrute alors de nouveaux joueurs professionnels dont l’international italien Giorgio Chinaglia, l’équipe joue mieux et se qualifie pour les séries éliminatoires mais est battue en quart de finale par les Tampa Bay Rowdies (1-3). Il décide alors de prolonger sa carrière d’une année. Les matchs à domicile se déroulent depuis peu au Giants Stadium et de nouveau un effort avait été fait sur le recrutement des joueurs : Franz Beckenbauer, Carlos Alberto ou Jomo Sono. L’équipe parvient en Soccer Bowl (finale du championnat) et Pelé remporte son premier titre de la NASL contre les Seattle Sounders le 27 août 1977.
Pelé se retire finalement définitivement, à l’occasion d’un match de jubilé entre les Cosmos et le Santos FC le 1er octobre 1977 au Giants Stadium, devant environ 75 000 spectateurs. Il revêt les couleurs du Cosmos en première mi-temps puis ceux du Santos FC en deuxième période. Ne pouvant retenir ses larmes au terme de la rencontre, l’idole brésilienne est portée en triomphe par ses équipiers, pour un dernier tour d’honneur au paroxisme de l’émotion. Juste pour souligner que le Roi n’est pas mort.



Dino Zoff, le roc...

source listal.com

112 sélections , 570 matchs en série A, 5 titres de champion d’italie ,...

read more

Messi reçu trois sur...

lionel-messi-a-ete-sacre-ballon-d-or-2012-photo-afp-franck_621592_460x306

Au terme d’une cérémonie finalement plus marquée par l’absence...

read more

Un Quadruplé historique...

bafetimbi_gomis

Muet depuis près de deux mois, Bafetimbi Gomis a choisi la rencontre...

read more


bottom round image

footer blue big nice

footertop right
Copyright © 2011 Gestion Du Net | Tous droits réservés.