round image on layout top

Ferenc Puskás : « le major galopant »

3 décembre 2011 by admin divider image
Ferenc Puskas

Site de joueurs.com le site dédié aux joueurs et aux entraineurs rend hommage aujourd’hui au plus grand joueur Hongrois de tous les temps, un des plus grand joueur de l’histoire du Football, le Hongrois Ferenc Puskas.
Celui qu’on surnommait le major Galopant ( pendant la période Communiste le Honved était rattaché à l’armée ) qui a marqué l’histoire de la Hongrie des années 1950-1960 aux temps ou la Hongrie était une des nations les plus redoutées et redoutables du monde ( champion Olympique en 1952 et finaliste de la Coupe du Monde en 1954 aux côté de joueurs comme Bozsic ,Kocsis, Grosics, Lóránt, Czibor, Budai). En Club, avec le Honved de Budapest et le Réal de Madrid, Ferenc Puskas a tout remporté et aura inscrit 746 buts en 754 matchs ( 84 en 85 matchs avec la Hongrie) dans sa carrière de joueurs.

Ses débuts :
Puskas était né le 2 Avril 1927 sous le nom de Ferenc Purczeld , son père joueur et entraineur de football de Kispest a changé son nom pour Puskas.

Comme beaucoup de jeunes hongrois, c’est dans les rues de Budapest qu’il débute le Football avant d’intégrer le club de Kobanya et de rejoindre le club du Honved de Budapest ou ses talents de gaucher et son sens du dribble ont déjà été remarqués (qui se nomme à l’époque le Kipesti Honved et sera rebaptisé en 1949 après la guerre) avec son père comme entraineur. En 1943, A 16 ans, il débute en équipe première et inscrira 14 buts en 34 matchs

En 1945 c’est l’équipe Nationale qui fait appel à lui, Ferenc n’a alors que 18 ans mais malgré un physique inapproprié ( petit et avec de l’embonpoint), Ferenc Puscas prend de vitesse ses adversaires et sème le trouble dans toutes les défenses avec sa patte gauche d’exception et sa technique en mouvement unique .

En 1949, le régime communiste, sous l’impulsion du ministère de la défense ,conscient que le football est porteur pour propager ses messages décide de reprendre le Kipesti Honved en le rebaptisant Honved de Budapest ( défenseur de la patrie). A l’image de Ferenc Puskas promu officier ( commandant) alors qu’il était ajusteur dans une usine, l’armée fait appel aux meilleurs joueurs du Pays ( Jóseph Bozsik, Zoltán Czibor, Sándor Kocsis, Nándor Hidegkuti,etc…) en les intégrant dans l’armée en tant qu’ officiers( ceux qui refusaient devaient faire l’armée en tant que simple soldat).

Les succès se multiplient

De 1949 à 1955, le Honved de Budapest va remporter presque tous les championnats laissant le MTK Budapest remporter les championnats de 1951 et 1953 ( Le Honved termine 2e). En 1956 le championnat est abandonné, c’est l’Insurrection de Budapest, les troupes russes débarquent, les joueurs du Honved sillonnent eux l’Europe et sont à Paris au moment de cette insurrection.

L’équipe du Honved est composée essentiellement des joueurs de la sélection de Hongrie qui remportera les Jeux Olympiques en 1952 à Helsinki.

Sous l’impulsion de l’entraîneur Gusztáv Sebes, la Hongrie va connaitre sa période dorée en restant invaincue de mai 1950 à juillet 1954 et remporte les jeux Olympiques d’Helsinki en 1952 face à la Yougoslavie, alors que c’est une de ses premières compétition hors du bloc de l’Est. Dans le jeu, la Hongrie apporte une révolution tactique et technique et son système de jeu est en 4 /2 / 4 proche du jeu qui sera pratiqué par la Hollande de Johann Cruyff appelé le Football Total.

La Hongrie domine le football mondial sans ces professionnels à l’image du grand Ladislao Kubala qui faisait les beaux jours du Barça ( aucun professionnel n’a le droit d’évoluer dans une sélection communiste à l’époque ). Après son titre de champion Olympique, les Anglais défient la Hongrie et vont connaitre un échec cuisant avec une double défaite alors que les Anglais étaient jusqu’alors invaincus sur leur sol (6 buts à 3 à Wembley et 7 buts à 1, 6 mois plus tard à Budapest).

En 1954, la Hongrie part favori en Coupe du Monde s’impose face à la Corée au premier tour 9 à 0 avant de battre l’Allemagne de l’Ouest 8 buts à 3. Puskas se blesse lors de ce match et ne jouera pas le quart de finale face au Brésil remporté 4 à 2  et la demi-finale face à l’Uruguay remporté également 4 à 2 mais réapparaitra en finale blessé face à l’Allemagne. Malgré sa blessure Puskas ouvre le score et la Hongrie mène 2 buts à 0 avant que l’Allemagne n’inverse le score et ne s’impose finalement 3 buts à 2  infligeant par la même occasion la première défaite des magyars.

Pour la Hongrie, c’est un drame national, les joueurs sont obligés de revenir au Pays en toute discretion. pourtant, la Hongrie va poursuivre sa marche en avant en poursuivant sa domination sur le football Mondial jusqu’en 1956, un arrêt dû à la Guerre froide et aux différents problèmes politiques du Pays.

Le 4 novembre 1956, les chars russes débarquent sur Budapest, l’équipe du Honved est à ce moment là en Europe  à Paris lors qu’éclate l’insurrection de Budapest de 1956. Le nouveau gouvernement mis en place exige le retour des joueurs considérés comme fuyard. Ferenc Puskas rejoint sa femme et sa fille à Vienne et refuse de rentrer au Pays. LA Fifa sur demande de la fédération Hongroise le suspend 18 mois. Sans travail et sans ressources, Puskas survit grâce à l’aide d’amis comme Kubala mais sombre dans la dépression et dans l’alcoolisme et ne ressemble plus à un footballeur, il a pris vingt kilos mais Emil Osterreicher ancien entraineur du Honved devenu directeur technique du Réal de Madrid lui tend la main et l’engage au Réal de Madrid ( 1958).

Après de longs mois de labeurs pour retrouver une silhouette acceptable, Ferenc Puskas s’impose comme le chouchou deu Réal aux côtés de Alfredo Di stefano, Raymond Kopa. En 1959, il remporte la ligue des Champions avec le Réal de Madrid mais est interdit de finale par les autorités allemandes qui lui refusent son visa.

 

Partie remise pour Puskas qui sera bien présent l’année suivant à Glasgow face aux allemands de l’Entrach de Franckfort contre qui il inscrit la bagatelle de 4 buts Alfredo Di Stefano inscrivant lui un triplé ( le Réal de Madrid s’imposant sur le score de 7 buts à 3). Le Réal remporte là son 5e titre de champion d’Europe consécutif et remportera également la coupe intercontinentale. Cette année là Puskas inscrit 35 buts en 39 matchs avec le Réal. 

De 1961 à 1965, le Réal de Madrid remporte tous les championnats d’Espagne, Puskas étant à 4 reprises Pichichi ( meilleur buteur du championnat ) .

Deux ans plus tard, malgré trois buts de Puskas en finale, le Réal de Madrid s’incline en finale face au Benfica de Eusebio. Naturalisé Espagnol, il part en Coupe du monde 1962 au Chili avec la selection Espagnole pourtant l’Espagne ne passer pas le cap du premier tour et Puskas n’incrira aucun but. En 1964 c’est l’Inter de Milan qui l’empêche de remporter sa troisième coup des clubs champions ( L’Inter s’impose 3 buts à 1). En 1966, bien qu’ayant contribué à la qualification en finale de la coup de clubs champions du Réal de Madrid, il ne participe pas à la finale que le Réal de Madrid remporte tout de même la finale face au Partizan de Belgrade sur le score de 2 buts à 1 ( Buts pour le Réal Amancio et serena ). Il stoppe sa carrière au Réal de Madrid en 1966 à l’âge de 39 ans.

Après sa carrière de joueurs, Ferenc Puskas entame une carrière d’entraineur avec des débuts à Alicante avant de s’expatrier aux Etats Unis ( San Francisco, Vancouver) puis retour vers l’Espagne en 1969 ( Deportivo Alaves ) avant d’etre appelé en 1970 par le Panathinaikos d’Athenes  qu’il emmènera en Finale de la ligue des champions cette saison là ne s’inclinant à Wembley que face à l’Ajax d’Amsterdam de Johan Cruyff, Ari Haan sur le score de 2 buts à 0. La seule finale des clubs champions jouée par un club grec.

Malgré plusieurs tentatives dans le monde entier ( Australie, Paraguay, Chilie,  Arabie Saoudite, cette finale demeurera son seul coup d’éclat en tant qu’entraineur. Son retour en 1993 dans son pays natal pour entraineur l’équipe nationale s’avèrera également infructueux.

Ferenc Puskas est décédé le 17 novembre 2006 de suites de complication cardio-vasculaire était atteint de la maladie d’Alzheimer et était hospitalisé depuis 6 ans avait finit sa vie dans la misère.

 



Dino Zoff, le roc...

source listal.com

112 sélections , 570 matchs en série A, 5 titres de champion d’italie ,...

read more

Messi reçu trois sur...

lionel-messi-a-ete-sacre-ballon-d-or-2012-photo-afp-franck_621592_460x306

Au terme d’une cérémonie finalement plus marquée par l’absence...

read more

Un Quadruplé historique...

bafetimbi_gomis

Muet depuis près de deux mois, Bafetimbi Gomis a choisi la rencontre...

read more


bottom round image

footer blue big nice

footertop right
Copyright © 2011 Gestion Du Net | Tous droits réservés.